Accueil sur rendez-vous pour toute personne justifiant d’une recherche du mardi au vendredi de 10h à 17h.

Vue normale Vue MARC vue ISBD

Vidal et les siens / Edgar Morin

Type : LivreGenre : Biographie, autobiographieAuteur: Auteur, MORIN, EdgarEditeur : Paris : EDITIONS DU SEUIL , 1989Description matérielle : 1 vol. (372 p.) ; 24 cmISBN : 2020106825.Résumé : Sociologue social-démocrate de culture séfarade, l'auteur rend ici un hommage à son père Vidal Nahoum, marrane immigrant de Salonique. «Les siens», ce sont tous les autres. Une grande famille séfarade, «israélites du Levant», originaires de Salonique, laïcisés par trois générations, émigrés à Ménilmontant en 1919, travaillant dans le textile, rue d'Aboukir. Edgar est l'enfant unique de Vidal et Luna. Il abandonne le patronyme Nahoum en entrant dans la Résistance, dès 18 ans, pour adopter celui de «Manin». Puis «Morin», après éraflures sémantiques dans le maquis. «Aucun rite, aucune croyance, aucune culture juifs n'étaient incorporés en moi», écrit-il. Il définit son père comme «hors rite». Un prologue historique définit la place de Salonique et celle des des juifs séfarades dans l'empire ottoman.Sujet - Nom commun : juif -- population | culture | Orient et Occident Sujet - Nom géographique : Grèce -- pays d'origine | Salonique -- commune d'origine Dewey : 305.892 4Plan de classement : : 7 Vivre en France | 7A Populations et groupes sociaux | 7A1 Populations par origine
Type de document Site actuel Cote Statut Date de retour prévue Réservations
Consultable sur place Consultable sur place Fonds général 7A1 305.892 4 MOR (Parcourir l'étagère) Exclu du prêt
Réservations : 0

Sociologue social-démocrate de culture séfarade, l'auteur rend ici un hommage à son père Vidal Nahoum, marrane immigrant de Salonique. «Les siens», ce sont tous les autres. Une grande famille séfarade, «israélites du Levant», originaires de Salonique, laïcisés par trois générations, émigrés à Ménilmontant en 1919, travaillant dans le textile, rue d'Aboukir. Edgar est l'enfant unique de Vidal et Luna. Il abandonne le patronyme Nahoum en entrant dans la Résistance, dès 18 ans, pour adopter celui de «Manin». Puis «Morin», après éraflures sémantiques dans le maquis. «Aucun rite, aucune croyance, aucune culture juifs n'étaient incorporés en moi», écrit-il. Il définit son père comme «hors rite». Un prologue historique définit la place de Salonique et celle des des juifs séfarades dans l'empire ottoman.

Centre de ressources Abdelmalek Sayad - Établissement public du Palais de la Porte Dorée - Musée national de l'histoire de l'immigration
293 avenue Daumesnil 75012 Paris - Tél : 01 53 59 15 92 - mediatheque.sayad[at]palais-portedoree.fr