La médiathèque est en accès libre et gratuit du mardi au vendredi de 14h à 17h30 et le samedi de 14h à 19h

Vue normale Vue MARC vue ISBD

Total Khéops

Type : LivreGenre : Fiction, roman - Roman policierAuteur: IZZO, Jean-ClaudeEditeur : Paris : Gallimard , 1995Collection : Folio. PolicierDescription matérielle : 347 p.Résumé : Résumé : Les 3 tomes de la trilogie policière de J.C. Izzo (Total Khéops, Chourmo et Soléa) abordent le thème de l'immigration à Marseille. La couleur locale est très bien dépeinte, et le véritable héros est cette ville exubérante. A travers une intrigue policière l'auteur nous entraîne à la découverte des milieux marseillais où coexistent la mafia et les immigrés, en particulier maghrébins et italiens de la deuxième génération, que l'on suit sur le long terme. Le personnage principal est un policier déclassé, fils d'immigrés italiens. Des quartiers nord aux ruelles du Panier, des quais du Vieux Port aux calanques les plus reculées des bords de mer, Fabio Moniale en sait tellement sur Marseille qu'il sent battre en lui les pulsations de la ville.Extrait : Les vagues migratoires :"Des Arabes, à cette époque, il n'en manquait déjà pas. Ni des Noirs. Ni des Viets. Ni des Arméniens, des Grecs, des Portugais. Mais cela ne posait pas de problème. Le problème, c'en était devenu un avec la crise économique. Le chômage. Plus le chômage augmentait, plus on remarquait qu'il y avait des immigrés. Et les Arabes, c'était comme s'ils augmentaient avec la courbe du chômage!"Racisme :dialogue entre Montale et Varounian :"Les crouilles, y'en a trop. C'est ça le problème. - Ils sont là. C'est pas vous qui les avez amenés. C'est pas moi non plus. Ils sont là. Et nous devons vivre avec. - Vous êtes pour eux, vous? - Faites pas chier, Varounian. Ils sont Arabes. Vous êtes Arméniens. - Fier de l'être. Z'avez quoi contre les Arméniens? - Rien. Contre les Arabes non plus. Ouais. Et ça donne quoi? Le centre, on dirait Alger, ou Oran. Z'y êtes allé, là-bas? Moi oui. Vé, ça pue pareil maintenant (...) Avant, tu bousculais un bougnoule dans la rue, il s'excusait. Maintenant, il te dit : "Tu peux pas t'excuser!" Sont arrogants, voilà c'qu'y sont! Se croient chez eux, merde!"Les jeunes issus de l'immigration arabe :"Des fils d'immigrés, sans boulot, sans avenir, sans espoir. Il leur suffisait d'ouvrir la télé aux infos pour apprendre qu'on avait baisé leur père, et qu'on s'apprêtait à les baiser eux encore mieux. Driss m'avait raconté qu'un de ses copains, Hassan, le jour où il avait touché son premier salaire, il s'était pointé à la banque. (...) Il se sentait enfin respectable, même avec un salaire de smicard. "Y m'faudrait un prêt de trois briques, m'sieur. Pour me payer une bagnole." Ils lui avaient ri au nez, à la banque."p. 71 : travail des immigrés p. 71-72 : syndicat et participation des immigrés p. 93 : boxe p. 95 : musiqueNote : Gallimard, 1995, 347 p.Sujet - Nom commun : travail | génération issue de l'immigration | maghrébin -- population | italien -- population Sujet - Nom géographique : Marseille -- commune | Nord -- quartier | Panier -- quartier | Vieux Port -- quartier Dewey : 843
Type de document Site actuel Cote Statut Date de retour prévue Réservations
Empruntable Empruntable Fonds littéraire IZZ RP (Parcourir l'étagère) Disponible
Réservations : 0

Gallimard, 1995, 347 p.

Résumé Les 3 tomes de la trilogie policière de J.C. Izzo (Total Khéops, Chourmo et Soléa) abordent le thème de l'immigration à Marseille. La couleur locale est très bien dépeinte, et le véritable héros est cette ville exubérante. A travers une intrigue policière l'auteur nous entraîne à la découverte des milieux marseillais où coexistent la mafia et les immigrés, en particulier maghrébins et italiens de la deuxième génération, que l'on suit sur le long terme. Le personnage principal est un policier déclassé, fils d'immigrés italiens. Des quartiers nord aux ruelles du Panier, des quais du Vieux Port aux calanques les plus reculées des bords de mer, Fabio Moniale en sait tellement sur Marseille qu'il sent battre en lui les pulsations de la ville.

Extrait Les vagues migratoires :"Des Arabes, à cette époque, il n'en manquait déjà pas. Ni des Noirs. Ni des Viets. Ni des Arméniens, des Grecs, des Portugais. Mais cela ne posait pas de problème. Le problème, c'en était devenu un avec la crise économique. Le chômage. Plus le chômage augmentait, plus on remarquait qu'il y avait des immigrés. Et les Arabes, c'était comme s'ils augmentaient avec la courbe du chômage!"Racisme :dialogue entre Montale et Varounian :"Les crouilles, y'en a trop. C'est ça le problème. - Ils sont là. C'est pas vous qui les avez amenés. C'est pas moi non plus. Ils sont là. Et nous devons vivre avec. - Vous êtes pour eux, vous? - Faites pas chier, Varounian. Ils sont Arabes. Vous êtes Arméniens. - Fier de l'être. Z'avez quoi contre les Arméniens? - Rien. Contre les Arabes non plus. Ouais. Et ça donne quoi? Le centre, on dirait Alger, ou Oran. Z'y êtes allé, là-bas? Moi oui. Vé, ça pue pareil maintenant (...) Avant, tu bousculais un bougnoule dans la rue, il s'excusait. Maintenant, il te dit : "Tu peux pas t'excuser!" Sont arrogants, voilà c'qu'y sont! Se croient chez eux, merde!"Les jeunes issus de l'immigration arabe :"Des fils d'immigrés, sans boulot, sans avenir, sans espoir. Il leur suffisait d'ouvrir la télé aux infos pour apprendre qu'on avait baisé leur père, et qu'on s'apprêtait à les baiser eux encore mieux. Driss m'avait raconté qu'un de ses copains, Hassan, le jour où il avait touché son premier salaire, il s'était pointé à la banque. (...) Il se sentait enfin respectable, même avec un salaire de smicard. "Y m'faudrait un prêt de trois briques, m'sieur. Pour me payer une bagnole." Ils lui avaient ri au nez, à la banque."p. 71 : travail des immigrés
p. 71-72 : syndicat et participation des immigrés
p. 93 : boxe
p. 95 : musique

Médiathèque Abdelmalek Sayad - Établissement public du Palais de la Porte Dorée - Musée national de l'histoire de l'immigration
293 avenue Daumesnil 75012 Paris - http://catalogue.histoire-immigration.fr - Tél : 01 53 59 15 92 - mediatheque.sayad[at]palais-portedoree.fr