Accueil sur rendez-vous pour toute personne justifiant d’une recherche du mardi au vendredi de 10h à 17h.

Vue normale Vue MARC vue ISBD

Transit

Type : LivreGenre : Fiction, romanAuteur: WABERI, Abdourahman A.Editeur : s.l. : Gallimard , 2003Collection : Continents noirsUnité matérielle : Les enfants de migrantsDescription matérielle : 154 p.Résumé : Résumé : "L'action se déroule tantôt en Europe, à Paris, une ville hostile aux étrangers et insensible à la détresse des victimes de la guerre, clandestins sans papiers, exilés sans port d'attache... tantôt en Afrique à Djibouti, un pays où règnent la misère, la maladie, la violence guerrière, l'âpreté de la terre et du climat... Bachir "Benladen", de son vrai nom Assoweh relate, non sans humour et de façon pittoresque, les viscissitudes de sa vie militaire sous l'occupation ennemie. Alice, la Bretonne, mère d'Abdo Julien représente le trait d'union entre l'Afrique et l'Europe et Awaleh symbolise la sagesse africaine". - Médiathèque de Palaiseau. Né en 1965 à Djibouti, Abdourahman A. Waberi, romancier, poète et nouvelliste, a quitté son pays en 1985 pour la Normandie où il vit toujours. "Transit", son sixième livre de fiction, raconte l'histoire de Moussa, enfant soldat durant la guerre civile, puis exilé à Paris.Extrait : Arrivée à l'aéroport de Roissy : p.13"Aujourd'hui, l'exil a fait les yeux doux à tout le monde ; des individus vieux ou jeunes, des familles et des régions entières se sont jetés sur les routes avec de l'espoir plein les poches et la peur pour aiguillon. Ils vont là où les vents les poussent, avec la crasse et la charogne pour compagnie. Ils s'égarent dans le dédale des déveines, les ouragans les jetant le cul-de-basse-fosse, dans le fond noir de l'épreuve et jusque dans des contrées jamais ouïes encore dans leur ancienne vie comme la Finlande, l'Islande ou l'Alaska. Ce sont des gens qui ont oublié leur âge, changé maintes fois de nom et dont l'horloge intérieure s'est arrêtée au jour de leur départ. C'est la fuite des muscles après celle du cerveau errant déjà de semblant d'abri en sas couleur nuit." p.147Ce sont les peuples en mouvement à travers le monde rétréci. p.150p. 147 : sur l'exilp. 150 : hospitalitép. 154 : retour à l'aéroport de RoissyNote : Gallimard, 2003Sujet - Nom commun : guerre | exilé | clandestin | djiboutien -- population Sujet - Nom géographique : Paris -- commune | Djibouti -- pays Dewey : 843
Type de document Site actuel Cote Statut Date de retour prévue Réservations
Empruntable Empruntable Fonds littéraire WAB R (Parcourir l'étagère) Disponible
Réservations : 0

Gallimard, 2003

Résumé "L'action se déroule tantôt en Europe, à Paris, une ville hostile aux étrangers et insensible à la détresse des victimes de la guerre, clandestins sans papiers, exilés sans port d'attache... tantôt en Afrique à Djibouti, un pays où règnent la misère, la maladie, la violence guerrière, l'âpreté de la terre et du climat... Bachir "Benladen", de son vrai nom Assoweh relate, non sans humour et de façon pittoresque, les viscissitudes de sa vie militaire sous l'occupation ennemie. Alice, la Bretonne, mère d'Abdo Julien représente le trait d'union entre l'Afrique et l'Europe et Awaleh symbolise la sagesse africaine". - Médiathèque de Palaiseau.
Né en 1965 à Djibouti, Abdourahman A. Waberi, romancier, poète et nouvelliste, a quitté son pays en 1985 pour la Normandie où il vit toujours. "Transit", son sixième livre de fiction, raconte l'histoire de Moussa, enfant soldat durant la guerre civile, puis exilé à Paris.

Extrait Arrivée à l'aéroport de Roissy : p.13"Aujourd'hui, l'exil a fait les yeux doux à tout le monde ; des individus vieux ou jeunes, des familles et des régions entières se sont jetés sur les routes avec de l'espoir plein les poches et la peur pour aiguillon. Ils vont là où les vents les poussent, avec la crasse et la charogne pour compagnie. Ils s'égarent dans le dédale des déveines, les ouragans les jetant le cul-de-basse-fosse, dans le fond noir de l'épreuve et jusque dans des contrées jamais ouïes encore dans leur ancienne vie comme la Finlande, l'Islande ou l'Alaska. Ce sont des gens qui ont oublié leur âge, changé maintes fois de nom et dont l'horloge intérieure s'est arrêtée au jour de leur départ. C'est la fuite des muscles après celle du cerveau errant déjà de semblant d'abri en sas couleur nuit." p.147Ce sont les peuples en mouvement à travers le monde rétréci. p.150p. 147 : sur l'exilp. 150 : hospitalitép. 154 : retour à l'aéroport de Roissy

Centre de ressources Abdelmalek Sayad - Établissement public du Palais de la Porte Dorée - Musée national de l'histoire de l'immigration
293 avenue Daumesnil 75012 Paris - Tél : 01 53 59 15 92 - mediatheque.sayad[at]palais-portedoree.fr