Accueil sur rendez-vous pour toute personne justifiant d’une recherche du mardi au vendredi de 10h à 17h.

Vue normale Vue MARC vue ISBD

Intégrations en méditerranée

Type : FasciculeGenre : Editeur : Paris : Eska , 2014Niveau de l'ensemble : Maghreb Machrek, 220Description matérielle : 1 vol. (130 p.) : couv. ill. en coul. ; 23 cmISSN : 1762-3162.Note : Résumés en français et en anglaisNote sur l'édition et l'histoire bibliographique : N° de "Maghreb Machrek", ISSN 1762-3162, (2014) n° 220Périodicité : Trimestriel Note de contenu : Avec ou sans lUE : parcours de migrants et de mobiles d'Afrique / Nicolas Fait - Résumé : Dans un contexte mondial où la gestion globale des « bonnes migrations » est sans cesse promue, la Turquie propose un modèle de mobilité internationale en discordance avec les recommandations européennes, notamment au travers d’une politique souple en matière de visa, y compris pour les ressortissants des pays africains. Dans ce paradigme politique où le gouvernement turc cherche à accroître son influence en Afrique subsaharienne, attractivité, rayonnement et circulation des flux de toutes natures vont de pair. Cependant, l’UE enjoint la Turquie à « mieux gérer » les migrations et mobilités qui passent par son territoire, et les politiques d’application des acquis communautaires dans le cadre de l’accession de la Turquie au statut de membre de l’UE jouent un rôle de levier de négociation pour les deux parties. Avec l’appui d’un travail d’enquête mené auprès des migrants d’Afrique subsaharienne à Istanbul, nous soutenons que ces politiques divergentes ont un impact fort sur les pratiques des individus. Pour mieux comprendre la diversité des projets migratoires des individus, nous développons une analyse des figures sociologiques de la présence africaine en Turquie puis une typologie des différentes formes de présence. Au travers de ces deux analyses, nous voyons ainsi apparaître une hiérarchie des types de circulation de personne où se mêlent des situations variées. Alors qu’une minorité d’individus est mobile, circulant aisément le long des flux financiers ou commerciaux, la grande majorité est immobile dans la mobilité (en « transit »), inscrite dans une pratique migratoire reléguée à un régime migratoire révolu, circulant au gré d’opportunités le plus souvent subies.(Cairn.info) Parcours et nouvelles routes migratoires en Méditerranée / Chadia Arab - Résumé : Depuis une vingtaine d’années, des changements importants s’opèrent au sein du bassin méditerranéen. Les frontières sont de plus en plus difficiles à traverser entre le contient africain et européen. Cet article analyse la position géopolitique du Maroc et les évolutions des politiques migratoires qui ont un impact sur les circulations des migrants marocains entre le Maroc et l’Europe. À partir d’une étude empirique et le suivi de deux parcours migratoires, nous analysons les nouvelles routes migratoires, les étapes et les bifurcations prises par les Marocains au sein de l’espace euro-méditerranéen. Ces circulations sont fortement en lien avec la politique migratoire de plus en plus restrictive menée par l’Europe de Schengen et par le Maroc.(Cairn.info) Ressources en ligne (Internet) : Cliquez ici pour consulter en ligneSujet - Nom commun : parcours migratoire | enquête | marocain -- population | politique d'immigration | circulation migratoire | Union Européenne | Africains -- population Sujet - Nom géographique : Turquie -- Pays | Europe -- pays | Maroc -- pays Dewey : 325Plan de classement : : 2 Émigrer | 2A Les migrations
Type de document Site actuel Cote Statut Date de retour prévue Réservations
Consultable sur place Consultable sur place Fonds général 2A 325 MAG (Parcourir l'étagère) Exclu du prêt
Réservations : 0

Résumés en français et en anglais

N° de "Maghreb Machrek", ISSN 1762-3162, (2014) n° 220

Trimestriel

Avec ou sans lUE : parcours de migrants et de mobiles d'Afrique / Nicolas Fait - Résumé : Dans un contexte mondial où la gestion globale des « bonnes migrations » est sans cesse promue, la Turquie propose un modèle de mobilité internationale en discordance avec les recommandations européennes, notamment au travers d’une politique souple en matière de visa, y compris pour les ressortissants des pays africains. Dans ce paradigme politique où le gouvernement turc cherche à accroître son influence en Afrique subsaharienne, attractivité, rayonnement et circulation des flux de toutes natures vont de pair. Cependant, l’UE enjoint la Turquie à « mieux gérer » les migrations et mobilités qui passent par son territoire, et les politiques d’application des acquis communautaires dans le cadre de l’accession de la Turquie au statut de membre de l’UE jouent un rôle de levier de négociation pour les deux parties. Avec l’appui d’un travail d’enquête mené auprès des migrants d’Afrique subsaharienne à Istanbul, nous soutenons que ces politiques divergentes ont un impact fort sur les pratiques des individus. Pour mieux comprendre la diversité des projets migratoires des individus, nous développons une analyse des figures sociologiques de la présence africaine en Turquie puis une typologie des différentes formes de présence. Au travers de ces deux analyses, nous voyons ainsi apparaître une hiérarchie des types de circulation de personne où se mêlent des situations variées. Alors qu’une minorité d’individus est mobile, circulant aisément le long des flux financiers ou commerciaux, la grande majorité est immobile dans la mobilité (en « transit »), inscrite dans une pratique migratoire reléguée à un régime migratoire révolu, circulant au gré d’opportunités le plus souvent subies.(Cairn.info)

Parcours et nouvelles routes migratoires en Méditerranée / Chadia Arab - Résumé : Depuis une vingtaine d’années, des changements importants s’opèrent au sein du bassin méditerranéen. Les frontières sont de plus en plus difficiles à traverser entre le contient africain et européen. Cet article analyse la position géopolitique du Maroc et les évolutions des politiques migratoires qui ont un impact sur les circulations des migrants marocains entre le Maroc et l’Europe. À partir d’une étude empirique et le suivi de deux parcours migratoires, nous analysons les nouvelles routes migratoires, les étapes et les bifurcations prises par les Marocains au sein de l’espace euro-méditerranéen. Ces circulations sont fortement en lien avec la politique migratoire de plus en plus restrictive menée par l’Europe de Schengen et par le Maroc.(Cairn.info)

Centre de ressources Abdelmalek Sayad - Établissement public du Palais de la Porte Dorée - Musée national de l'histoire de l'immigration
293 avenue Daumesnil 75012 Paris - Tél : 01 53 59 15 92 - mediatheque.sayad[at]palais-portedoree.fr