Accueil sur rendez-vous pour toute personne justifiant d’une recherche du mardi au vendredi de 10h à 17h.

Vue normale Vue MARC vue ISBD

L'Islam médiéval ou le miroir aux identités. Remarques sur une civilisation de la bigarrure : Colloque L'Islam et l'Occident à l'époque médiévale. Transmission et diffusion des savoirs. (11, 12, 13 mars 2009) : session Grammaire ou choc des civilisations ? / Julien Loiseau

Type : Images animéesGenre : Colloque, conférenceAuteur: Auteur, LOISEAU, JulienAuteur: , Ecole normale supérieure, Lettres et sciences humaines (ENS - LSH)Editeur : Vanves : Canal UDescription matérielle : (34 min)Résumé : Résumé : "Un peuple, une langue, une religion. Les monades ont quelque chose de rassurant que n'ont pas les organismes complexes. La confusion du monde islamique avec les seuls pays de langue arabe (quand, par exemple, près de 40 % des musulmans d'aujourd'hui vivent dans le monde indien) et la réduction de l'Islam à l'unique champ de la religion musulmane, sont sans doute les deux certitudes les mieux partagées par ceux que l'Islam inquiète et ceux qui entendent le défendre sur le terrain des luttes politiques. Elles ont, pour les uns comme pour les autres, l'utilité de ramener un passé devenu difficilement compréhensible à quelques identités immédiatement saisissables, sans angle ni faille tant elles ont été réifiées par les discours et les luttes qui ont accompagné, au XXe siècle, la sortie des empires. Même le chapitre longtemps consensuel de la coexistence confessionnelle, celui de l'Andalousie de la convivència, a volé en éclat : on n'y voit plus qu'une oppression habillée par le droit ou, à l'inverse, une bienveillance bafouée et depuis détrompée. Aussi l'air du temps ne devait pas non plus épargner l'histoire des idées et de la transmission des savoirs, soumise au jeu de massacre des identités. La transmission de l'héritage grec ne serait ni l'½uvre des musulmans (puisque bon nombre de traducteurs étaient chrétiens), ni l'accomplissement des Arabes (puisque les mêmes étaient issus de la population autochtone de l'Iraq). Le roi est nu et l'Islam médiéval, privé du dernier des atours que l'opinion commune voulait bien encore lui prêter. C'est qu'il nous est devenu difficile aujourd'hui d'admettre qu'une société ait pu faire sa richesse de l'infinie diversité des peuples rassemblés sous sa Loi. Difficile, de comprendre une société qui leur attribuait un génie propre et, partant, des domaines particuliers d'excellence ; où la non-appartenance au groupe dominant (au regard du nombre, de la Loi ou de la culture majoritaire) était une voie d'accès privilégiée à la société politique ; où l'allochtonie était la clé du pouvoir. Jusqu'au XIXe siècle, ce qui donna une unité de civilisation au monde de l'Islam fut sans aucun doute cette complexe machinerie sociale, fondée sur l'ajustement des différences. L'Islam, civilisation de la bigarrure, n'est décidément pas soluble dans l'alternative de l'identité et du métissage." - Présentation éditeurRessources en ligne (Internet) : Cliquez ici pour consulter en ligneSujet - Nom commun : Moyen-âge | monde musulman | monde arabe | monde occidental | identité | diversité Dewey : 909Plan de classement : : 1 Introduction à l’histoire de l’immigration
Nous n'avons pas d'exemplaire de ce document

Résumé "Un peuple, une langue, une religion. Les monades ont quelque chose de rassurant que n'ont pas les organismes complexes. La confusion du monde islamique avec les seuls pays de langue arabe (quand, par exemple, près de 40 % des musulmans d'aujourd'hui vivent dans le monde indien) et la réduction de l'Islam à l'unique champ de la religion musulmane, sont sans doute les deux certitudes les mieux partagées par ceux que l'Islam inquiète et ceux qui entendent le défendre sur le terrain des luttes politiques. Elles ont, pour les uns comme pour les autres, l'utilité de ramener un passé devenu difficilement compréhensible à quelques identités immédiatement saisissables, sans angle ni faille tant elles ont été réifiées par les discours et les luttes qui ont accompagné, au XXe siècle, la sortie des empires. Même le chapitre longtemps consensuel de la coexistence confessionnelle, celui de l'Andalousie de la convivència, a volé en éclat : on n'y voit plus qu'une oppression habillée par le droit ou, à l'inverse, une bienveillance bafouée et depuis détrompée. Aussi l'air du temps ne devait pas non plus épargner l'histoire des idées et de la transmission des savoirs, soumise au jeu de massacre des identités. La transmission de l'héritage grec ne serait ni l'½uvre des musulmans (puisque bon nombre de traducteurs étaient chrétiens), ni l'accomplissement des Arabes (puisque les mêmes étaient issus de la population autochtone de l'Iraq). Le roi est nu et l'Islam médiéval, privé du dernier des atours que l'opinion commune voulait bien encore lui prêter. C'est qu'il nous est devenu difficile aujourd'hui d'admettre qu'une société ait pu faire sa richesse de l'infinie diversité des peuples rassemblés sous sa Loi. Difficile, de comprendre une société qui leur attribuait un génie propre et, partant, des domaines particuliers d'excellence ; où la non-appartenance au groupe dominant (au regard du nombre, de la Loi ou de la culture majoritaire) était une voie d'accès privilégiée à la société politique ; où l'allochtonie était la clé du pouvoir. Jusqu'au XIXe siècle, ce qui donna une unité de civilisation au monde de l'Islam fut sans aucun doute cette complexe machinerie sociale, fondée sur l'ajustement des différences. L'Islam, civilisation de la bigarrure, n'est décidément pas soluble dans l'alternative de l'identité et du métissage." - Présentation éditeur

Centre de ressources Abdelmalek Sayad - Établissement public du Palais de la Porte Dorée - Musée national de l'histoire de l'immigration
293 avenue Daumesnil 75012 Paris - Tél : 01 53 59 15 92 - mediatheque.sayad[at]palais-portedoree.fr