Accueil sur rendez-vous pour toute personne justifiant d’une recherche du mardi au vendredi de 10h à 17h.

Vue normale Vue MARC vue ISBD

Entre-deux Je : Algérienne ? Française ? Comment choisir... / Souâd Belhaddad

Type : LivreGenre : Auteur: Belhaddad, Souâd, Auteur, 1957-....Editeur : Paris : Mango Document , 2001Collection : Libre regardDescription matérielle : 1 vol. (180 p.) ; 19 cmISBN : 2914353219 ; 2-914353-21-9.Résumé : Dans la culture maghrébine, parler à la première personne est considéré comme tabou. Souâd Belhaddad, arrivée en France à l'âge de cinq ans, décide aujourd'hui de dire sa double culture. À travers son parcours et sa parole, des questions surgissent : comment rester fidèle à ses attaches familiales et culturelles et tenter de s'affranchir de ses interdits lorsque l'on vit et travaille en France, en Europe ? Comment rompre la chaîne ancestrale des traditions et se libérer de sa culpabilité ? Quelle liberté choisir ou quelle démission accepter lorsque les deux cultures sont si imbriquées ? Un livre entre l'essai et le témoignage qui devrait permettre de mieux comprendre les difficultés d'être soi aujourd'hui entre deux cultures, entre deux "je"."Envoyer balader mes parents ? Leur "balade" à eux, de l'Algérie à la France, a le paysage d'un immense désert intérieur. Et je vais, moi, aggraver leur isolement? Me "casser", comme dit ce copain avec tant de nonchalance? Mais c'est déjà fait ! Cassée, je le suis déjà, intérieurement. Imagine-t-il seulement ? Cassée en deux, déchirée entre cet attachement terrible à mes parents, liée à eux par la douleur, et le désir de me laisser aller à tout ce que je vois. Ce "tout" dramatiquement frappé du sceau de l'interdiction. (...) Me casser, donc, ça aurait été définitivement, les casser, eux, déjà brisés de cette vie détournée de leur pays natal. De leur bonheur simple à être Algériens, transformés, dans l'hostile Hexagone, des années soixante, en encombrants étrangers. Et aucun copain, aussi gauchiste soit-il, ne le pressent.C'est comme cette idée d'appartenance à un pays : on se donner à tant de terres, on finit par ne plus savoir quelle serait sa patrie. (...) Ne pas avoir à dire oui à une patrie, c'est peut-être ne plus avoir à trancher entre père et mère, et oser cette audace de se choisir entre Algérie et France. Me définir de l'un "ou" de l'autre. Je me dis : il n'est pas déloyal d'aimer l'une sans choisir d'y vivre. Je me dis : il n'est pas injuste d'être plus indulgente pour une terre natale que pour celle d'adoption. Enfin, je peux m'accorder le droit de n'appartenir à aucune des deux."Sujet - Nom commun:identité culturelle | femme | témoignage | Algériens -- population Dewey : 306Plan de classement : :6 Ici et là-bas | 6A Identité culturelle
Type de document Site actuel Cote Statut Date de retour prévue Réservations
Consultable sur place Consultable sur place Fonds général 6A 306 BEL (Parcourir l'étagère) Exclu du prêt
Consultable sur place Consultable sur place Fonds général 6A 306 BEL (Parcourir l'étagère) En réserve
Réservations : 0
Survol Médiathèque Abdelmalek Sayad Étagères , Localisation : Fonds général Fermer le survol d'étagère
6A 306 BAR Joseph de Saint-Georges 6A 306 BEG Ecarts d'identité 6A 306 BEL La couleur dans la peau 6A 306 BEL Entre-deux Je 6A 306 BEL Entre-deux Je 6A 306 BEN La souffrance comme identité 6A 306 BEN L'identité

Dans la culture maghrébine, parler à la première personne est considéré comme tabou. Souâd Belhaddad, arrivée en France à l'âge de cinq ans, décide aujourd'hui de dire sa double culture. À travers son parcours et sa parole, des questions surgissent : comment rester fidèle à ses attaches familiales et culturelles et tenter de s'affranchir de ses interdits lorsque l'on vit et travaille en France, en Europe ? Comment rompre la chaîne ancestrale des traditions et se libérer de sa culpabilité ? Quelle liberté choisir ou quelle démission accepter lorsque les deux cultures sont si imbriquées ? Un livre entre l'essai et le témoignage qui devrait permettre de mieux comprendre les difficultés d'être soi aujourd'hui entre deux cultures, entre deux "je".

"Envoyer balader mes parents ? Leur "balade" à eux, de l'Algérie à la France, a le paysage d'un immense désert intérieur. Et je vais, moi, aggraver leur isolement? Me "casser", comme dit ce copain avec tant de nonchalance? Mais c'est déjà fait ! Cassée, je le suis déjà, intérieurement. Imagine-t-il seulement ? Cassée en deux, déchirée entre cet attachement terrible à mes parents, liée à eux par la douleur, et le désir de me laisser aller à tout ce que je vois. Ce "tout" dramatiquement frappé du sceau de l'interdiction. (...) Me casser, donc, ça aurait été définitivement, les casser, eux, déjà brisés de cette vie détournée de leur pays natal. De leur bonheur simple à être Algériens, transformés, dans l'hostile Hexagone, des années soixante, en encombrants étrangers. Et aucun copain, aussi gauchiste soit-il, ne le pressent.C'est comme cette idée d'appartenance à un pays : on se donner à tant de terres, on finit par ne plus savoir quelle serait sa patrie. (...) Ne pas avoir à dire oui à une patrie, c'est peut-être ne plus avoir à trancher entre père et mère, et oser cette audace de se choisir entre Algérie et France. Me définir de l'un "ou" de l'autre. Je me dis : il n'est pas déloyal d'aimer l'une sans choisir d'y vivre. Je me dis : il n'est pas injuste d'être plus indulgente pour une terre natale que pour celle d'adoption. Enfin, je peux m'accorder le droit de n'appartenir à aucune des deux."

Centre de ressources Abdelmalek Sayad - Établissement public du Palais de la Porte Dorée - Musée national de l'histoire de l'immigration
293 avenue Daumesnil 75012 Paris - Tél : 01 53 59 15 92 - mediatheque.sayad[at]palais-portedoree.fr