Accueil sur rendez-vous pour toute personne justifiant d’une recherche du mardi au vendredi de 10h à 17h.

Vue normale Vue MARC vue ISBD

Pour une histoire critique et citoyenne. Le cas de l'histoire franco-algérienne : au-delà des pressions officielles et des lobbies de mémoires : Lyon, Ecole normale supérieure Lettres et sciences humaines (ENS - LSH), colloque du 20 au 22 juin 2006 / Aïssa Kadri, Sociétés coloniales et post-coloniales : Enseignement et enseignants dans l'Algérie coloniale : Histoire du système d'enseignement colonial en Algérie

Type : Images animéesGenre : Colloque, conférenceAuteur: Auteur, KADRI, AïssaAuteur: , Ecole normale supérieure, Lettres et sciences humaines (ENS - LSH)Editeur : Lyon : Ecole normale supérieure, Lettres et sciences humaines (ENS - LSH)Description matérielle : (44 min 55 s)Résumé : Résumé : "Dans l'histoire de l'imposition de l'école française en Algérie, 1883 [1] marque pour de nombreux analystes, historiens et sociologues, une césure entre deux grandes phases qui sont généralement identifiées pour celle antérieure à cette date comme celle du refus scolaire de la part de la population locale et pour la période qui la suit comme celle de la progressive montée d'une demande scolaire qui ne devient véritablement franche qu'à partir de l'entre-deux-guerres. Cependant, s'il est indéniable que l'intervention des lois Ferry a modifié sensiblement le paysage scolaire qui prévalait jusqu'alors en Algérie, en définissant une politique cohérente qui tranche avec celle de la période précédente faite d'hésitations et de tâtonnements, la périodisation qui en découle et qui distingue un avant et un après les lois laïques demeure à notre sens réductrice à maints égards des ambiguïtés qui ont accompagné l'implantation du système scolaire français. L'impact de l'école française repéré surtout à partir du constat unilatéral des seules autorités coloniales est ainsi principalement validé par la mesure statistique : la stagnation ou la progression des effectifs scolaires algériens dans le primaire deviennent à cet égard les principaux indices de la résistance ou de l'adhésion au système scolaire exogène ; or, à considérer le nombre d'étudiants qui sont passés par le système de l'enseignement secondaire et supérieur [2] ou le taux d'analphabétisme relevé pour les années 1960 [3] ou même la part des élèves scolarisés dans le primaire - et ceci au moins jusqu'en 1958 [4] - sur celle des enfants en âge d'être scolarisés [5] , le bilan scolaire colonial apparaît dérisoire n'eut été l'infléchissement tardif provoqué par la pression de la lutte de libération nationale. L'histoire de la politique scolaire coloniale n'a jamais été ce lent mouvement de civilisation des populations locales présentes seulement par leur refus [6] : elle apparaît plutôt comme un processus profondément contradictoire dont les déterminants sont à rechercher aussi bien chez les émetteurs de cette politique qu'au niveau de ses récepteurs. Elle se laisse donc apprécier moins en terme d'effectifs algériens qui ont transité par le système de l'enseignement colonial qu'en terme de rapport de communication où ce qu'il importe de saisir, au-delà du contenu de l'émission et dans la perspective de ce qu'est l'école aujourd'hui en Algérie et de ce qu'elle représente, c'est la manière dont le message, ici l'école, est capté, interprété et assimilé à partir des caractéristiques propres de la société réceptrice." (Résumé de l'éditeur)Ressources en ligne (Internet) : Cliquez ici pour consulter en ligne | Cliquez ici pour consulter en ligneSujet - Nom commun:histoire de la colonisation | enseignement | Système éducatif | enseignement primaire | enseignement secondaire | évaluation Sujet - Nom géographique:Algérie -- pays d'origine Dewey : 325.365Plan de classement : :1 Introduction à l’histoire de l’immigration | 1A Histoire de l’immigration
Nous n'avons pas d'exemplaire de ce document

Résumé "Dans l'histoire de l'imposition de l'école française en Algérie, 1883 [1] marque pour de nombreux analystes, historiens et sociologues, une césure entre deux grandes phases qui sont généralement identifiées pour celle antérieure à cette date comme celle du refus scolaire de la part de la population locale et pour la période qui la suit comme celle de la progressive montée d'une demande scolaire qui ne devient véritablement franche qu'à partir de l'entre-deux-guerres.
Cependant, s'il est indéniable que l'intervention des lois Ferry a modifié sensiblement le paysage scolaire qui prévalait jusqu'alors en Algérie, en définissant une politique cohérente qui tranche avec celle de la période précédente faite d'hésitations et de tâtonnements, la périodisation qui en découle et qui distingue un avant et un après les lois laïques demeure à notre sens réductrice à maints égards des ambiguïtés qui ont accompagné l'implantation du système scolaire français.
L'impact de l'école française repéré surtout à partir du constat unilatéral des seules autorités coloniales est ainsi principalement validé par la mesure statistique : la stagnation ou la progression des effectifs scolaires algériens dans le primaire deviennent à cet égard les principaux indices de la résistance ou de l'adhésion au système scolaire exogène ; or, à considérer le nombre d'étudiants qui sont passés par le système de l'enseignement secondaire et supérieur [2] ou le taux d'analphabétisme relevé pour les années 1960 [3] ou même la part des élèves scolarisés dans le primaire - et ceci au moins jusqu'en 1958 [4] - sur celle des enfants en âge d'être scolarisés [5] , le bilan scolaire colonial apparaît dérisoire n'eut été l'infléchissement tardif provoqué par la pression de la lutte de libération nationale.
L'histoire de la politique scolaire coloniale n'a jamais été ce lent mouvement de civilisation des populations locales présentes seulement par leur refus [6] : elle apparaît plutôt comme un processus profondément contradictoire dont les déterminants sont à rechercher aussi bien chez les émetteurs de cette politique qu'au niveau de ses récepteurs. Elle se laisse donc apprécier moins en terme d'effectifs algériens qui ont transité par le système de l'enseignement colonial qu'en terme de rapport de communication où ce qu'il importe de saisir, au-delà du contenu de l'émission et dans la perspective de ce qu'est l'école aujourd'hui en Algérie et de ce qu'elle représente, c'est la manière dont le message, ici l'école, est capté, interprété et assimilé à partir des caractéristiques propres de la société réceptrice." (Résumé de l'éditeur)

Centre de ressources Abdelmalek Sayad - Établissement public du Palais de la Porte Dorée - Musée national de l'histoire de l'immigration
293 avenue Daumesnil 75012 Paris - Tél : 01 53 59 15 92 - mediatheque.sayad[at]palais-portedoree.fr