Accueil sur rendez-vous pour toute personne justifiant d’une recherche du mardi au vendredi de 10h à 17h.

Vue normale Vue MARC vue ISBD

Le partisan espagnol / Mariano Constante : 1936-1945 ; préface de Pierre Daix, postface de Antonio Munoz Molina

Type : LivreGenre : Auteur: CONSTANTE, MarianoEditeur : Paris : Tirésias , 2004Collection : Ces oubliés de l'HistoireDescription matérielle : 265 p.ISBN : 2915293082 ; 2-915293-08-2 .Résumé : "Témoignage d'un espagnol qui, après s'être engagé à 16 ans dans la lutte antifasciste pendant la guerre d'Espagne, entre dans l'armée française au moment de la Deuxième Guerre mondiale. Fait prisonnier par les Allemands en juin 1940, il finit la guerre au camp de concentration de Mauthausen. Il découvre également l'organisation du Comité du Parti communiste pendant la guerre." - Electre "Il est des hommes pour qui s'engager est une histoire d'honneur, Mariano Constante est de ceux-là. A 16 ans, il rejoint les troupes républicaines durant la guerre d'Espagne. Malgré son jeune âge, il est vite gradé et se retrouve lieutenant en 1939. Après un passage au camp d'" accueil " de Sepfonds, construit au fur et à mesure des arrivées, il s'engage dans l'Armée française. Fait prisonnier en Moselle par les Allemands, en pleine Débâcle, on lui propose de rejoindre ses parents dans les Deux-Sèvres (Thouars) à condition qu'il abandonne ses activités au sein du Parti communiste, mais il refuse. Par la suite, la solidarité envers ses camarades de combat l'empêche de saisir l'occasion de s'évader. Ses amis le lui reprocheront. Il ne saura que plus tard que cela lui aurait évité de vivre quatre années d'enfer concentrationnaire. Mais auparavant il se retrouve interné au stalag XVIIA parmi les " rouges espagnols " méprisés de tous, même des officiers français. Mais ces Républicains sauront se faire respecter grâce à leur grande loyauté. En avril 1941, ils sont transférés au camp de Mauthausen, que l'auteur ne quittera qu'en 1945. Homme de conviction, notre partisan espagnol a passé les épreuves les plus difficiles, avec la fierté de son peuple et la certitude qu'il était du côté des justes, celui de la liberté. Il avait en lui l'image de la France des droits de l'Homme. Même si tous les Français ne l'ont pas toujours bien accueilli, sa foi en la France est restée intacte et jamais ébranlée." - présentation de l'éditeurPublic : Tout publicSujet - Nom commun : Guerre d'Espagne (1936-1939) | engagement | armée | déportation | espagnol -- population Sujet - Nom géographique : Espagne -- pays d'origine | France -- pays d'accueil Dewey : 940.53Plan de classement : : 1 Introduction à l’histoire de l’immigration | 1A Histoire de l’immigration
Type de document Site actuel Cote Statut Date de retour prévue Réservations
Consultable sur place Consultable sur place Fonds général 1A 940.53 CON (Parcourir l'étagère) Exclu du prêt
Réservations : 0

"Témoignage d'un espagnol qui, après s'être engagé à 16 ans dans la lutte antifasciste pendant la guerre d'Espagne, entre dans l'armée française au moment de la Deuxième Guerre mondiale. Fait prisonnier par les Allemands en juin 1940, il finit la guerre au camp de concentration de Mauthausen. Il découvre également l'organisation du Comité du Parti communiste pendant la guerre." - Electre
"Il est des hommes pour qui s'engager est une histoire d'honneur, Mariano Constante est de ceux-là.
A 16 ans, il rejoint les troupes républicaines durant la guerre d'Espagne. Malgré son jeune âge, il est vite gradé et se retrouve lieutenant en 1939. Après un passage au camp d'" accueil " de Sepfonds, construit au fur et à mesure des arrivées, il s'engage dans l'Armée française. Fait prisonnier en Moselle par les Allemands, en pleine Débâcle, on lui propose de rejoindre ses parents dans les Deux-Sèvres (Thouars) à condition qu'il abandonne ses activités au sein du Parti communiste, mais il refuse.
Par la suite, la solidarité envers ses camarades de combat l'empêche de saisir l'occasion de s'évader. Ses amis le lui reprocheront. Il ne saura que plus tard que cela lui aurait évité de vivre quatre années d'enfer concentrationnaire. Mais auparavant il se retrouve interné au stalag XVIIA parmi les " rouges espagnols " méprisés de tous, même des officiers français. Mais ces Républicains sauront se faire respecter grâce à leur grande loyauté.
En avril 1941, ils sont transférés au camp de Mauthausen, que l'auteur ne quittera qu'en 1945. Homme de conviction, notre partisan espagnol a passé les épreuves les plus difficiles, avec la fierté de son peuple et la certitude qu'il était du côté des justes, celui de la liberté. Il avait en lui l'image de la France des droits de l'Homme. Même si tous les Français ne l'ont pas toujours bien accueilli, sa foi en la France est restée intacte et jamais ébranlée." - présentation de l'éditeur

Tout public

Centre de ressources Abdelmalek Sayad - Établissement public du Palais de la Porte Dorée - Musée national de l'histoire de l'immigration
293 avenue Daumesnil 75012 Paris - Tél : 01 53 59 15 92 - mediatheque.sayad[at]palais-portedoree.fr