Accueil sur rendez-vous pour toute personne justifiant d’une recherche du mardi au vendredi de 10h à 17h.

Vue normale Vue MARC vue ISBD

Nos traces silencieuses

Type : Images animées (DVD) Genre : Film documentaireAuteur: Réalisateur de film, BREDIEREditeur : s.l. : Agat Films et Cie (prod.) • s.l. : FEMIS • s.l. : CNC (éd.) , s.d. • s.l. : Institut National de l'AudiovisuelCollection : Images de la cultureDescription matérielle : 1 DVD (56 min) : coul., n. et b.Résumé : Résumé : Adoptée à l'âge de 4 ans par des parents français, Sophie Bredier, 25 ans, "d'origine coréenne", cherche ses racines. De vrais-faux souvenirs en documents officiels jaunis et peu diserts, d'éléments d'un réel tronqué, oublié ou méconnu, en réminiscences de sensations enfantines et traces sur la peau, les affects tissent la suite de son histoire, celle d'une adoption. Par appareil photo interposé, elle interroge ses cicatrices. Pas de doute, sur la cuisse c'est une trace de brûlure, datant de la petite enfance. "J'ai peur de la perdre", dit-elle. "Elle ne partira jamais", répond le médecin. Un réfugié cambodgien, un homme tatoué, un ancien déporté racontent la valeur de ces "aides-mémoire". Les amis coréens l'initient à leur culture et vérifient la véracité de ses impressions de petite enfance. L'histoire officielle est peu à peu contredite : elle n'était pas orpheline, mais avait un père ; il n'était pas pauvre, mais riche ; elle est le fruit d'une union illégitime. Quelque peu malmenés dans cette quête, les parents adoptifs tentent de démêler leurs souvenirs. "Tu portais une petite robe", disent-ils. Mais quand tous trois se penchent sur la photographie, ils découvrent que c'était un pantalon...Sujet - Nom commun : autoportrait | femme | identité culturelle Dewey : 306Plan de classement : : 6 Ici et là-bas | 6A Identité culturelle
Type de document Site actuel Cote Statut Date de retour prévue Réservations
Empruntable Empruntable Fonds audiovisuel 6A 306 BRE (Parcourir l'étagère) Disponible
Réservations : 0

Résumé Adoptée à l'âge de 4 ans par des parents français, Sophie Bredier, 25 ans, "d'origine coréenne", cherche ses racines. De vrais-faux souvenirs en documents officiels jaunis et peu diserts, d'éléments d'un réel tronqué, oublié ou méconnu, en réminiscences de sensations enfantines et traces sur la peau, les affects tissent la suite de son histoire, celle d'une adoption.

Par appareil photo interposé, elle interroge ses cicatrices. Pas de doute, sur la cuisse c'est une trace de brûlure, datant de la petite enfance. "J'ai peur de la perdre", dit-elle. "Elle ne partira jamais", répond le médecin. Un réfugié cambodgien, un homme tatoué, un ancien déporté racontent la valeur de ces "aides-mémoire". Les amis coréens l'initient à leur culture et vérifient la véracité de ses impressions de petite enfance. L'histoire officielle est peu à peu contredite : elle n'était pas orpheline, mais avait un père ; il n'était pas pauvre, mais riche ; elle est le fruit d'une union illégitime. Quelque peu malmenés dans cette quête, les parents adoptifs tentent de démêler leurs souvenirs. "Tu portais une petite robe", disent-ils. Mais quand tous trois se penchent sur la photographie, ils découvrent que c'était un pantalon...

Cliquer sur une image pour la voir dans la visionneuse

Centre de ressources Abdelmalek Sayad - Établissement public du Palais de la Porte Dorée - Musée national de l'histoire de l'immigration
293 avenue Daumesnil 75012 Paris - Tél : 01 53 59 15 92 - mediatheque.sayad[at]palais-portedoree.fr