Accueil sur rendez-vous pour toute personne justifiant d’une recherche du mardi au vendredi de 10h à 17h.

Vue normale Vue MARC vue ISBD

Paris 1961 : les Algériens, la terreur d'Etat et la mémoire / Jim House, Neil MacMaster ; traduit de l'anglais par Christophe Jaquet

Type : LivreGenre : Auteur: House, Jim, 19..Editeur : s.l. : Tallandier , 2008Collection : Histoires d'aujourd'huiDescription matérielle : 1 vol. (538 p.) : ill. en noir et blanc, carte, couv. ill. ; 22 cmISBN : 9782847344912 ; 978-2-84734-491-2.Résumé : Résumé : "Longtemps occulté, le drame du 17 octobre 1961 revient ici sur le devant de la scène. Les faits : de septembre à décembre 1961, la police parisienne se livra à une répression sans merci contre les Algériens résidant dans la capitale et sa banlieue. La tragédie culmina dans la nuit du 17 au 18 octobre, quand le FLN mobilisa l'ensemble de ses troupes, pour défiler pacifiquement dans Paris. La police de Papon tira sur les manifestants désarmés, avant de jeter des corps dans la Seine. Jim House et Neil MacMaster, enseignants britanniques, montrent combien il s'avère difficile de prendre la mesure de ce massacre. Pendant trois décennies, cette nuit sanglante demeura dans l'oubli. Aujourd'hui encore, cette amnésie du 17 octobre participe des non-dits qui s'attachent aux conflits coloniaux. Un reproche : les auteurs ne se penchent pas sur le devenir des responsables du drame." article dans Les Lettres françaises du 3 mai 2008 "Paris, 17 octobre 1961 : alors que le soir enveloppe peu à peu les badauds, des dizaines de milliers d'Algériens, marchant en rangs serrés, jaillissent de l'obscurité. Venus protester pacifiquement contre la répression policière, ils appréhendent la rencontre avec les forces antiémeutes. Ils sont loin d'imaginer l'extrême brutalité des attaques meurtrières qui vont suivre. Le massacre du 17 octobre 1961 est l'un des événements les plus contestés de l'histoire contemporaine française. D'abord étouffée, sa mémoire fut longtemps entretenue par une minorité d'immigrés et de militants, avant de revenir au premier plan, de façon dramatique, dans les années 1980. Les historiens britanniques Jim House et Neil MacMaster se livrent à une enquête serrée, scrutant l'ensemble des éléments disponibles : archives inédites, sources orales, journaux, tracts... Ils déjouent les pièges à la fois du militantisme et de l'histoire officielle, qu'il s'agisse de l'impossible comptabilité des morts ou des accusations mutuelles de fascisme et de terrorisme échangées entre les autorités françaises et le FLN. Le 17 octobre pose d'autres questions, plus graves. Car il n'eut rien d'une explosion de violence incontrôlée ou d'une succession de " bavures ". Ce jour-là, c'est la terreur d'État, coloniale et raciste, qui surgit, nue et brutale, au coeur du pays des droits de l'homme. Les techniques de la contre-insurrection, importées d'Afrique du Nord et mises en oeuvre par le préfet Papon décidé à briser le mouvement nationaliste algérien, aboutirent à une vague d'exactions, de tortures et de meurtres sans précédent, dont le 17 octobre fut le couronnement sanglant. L'histoire et la mémoire de cet épisode sont au coeur du rapport trouble qu'entretinrent - et qu'entretiennent encore - la France et ses colonies." - (présentation de l'éditeur)Note sur les bibliographies et les index présents dans le document : Bibliogr. Index.Public : Tout publicSujet - Nom commun : histoire | Guerre d'Algérie (1954-1962) | 25891 | 23505 | 26715 | 23752 | mémoire | Algériens -- population Sujet - Nom géographique : Paris (75) -- département Dewey : 325.365Plan de classement : : 1 Introduction à l’histoire de l’immigration | 1A Histoire de l’immigration
Type de document Site actuel Cote Statut Date de retour prévue Réservations
Consultable sur place Consultable sur place Fonds général 1A 325.365 HOU (Parcourir l'étagère) Exclu du prêt
Consultable sur place Consultable sur place Fonds général Exclu du prêt
Réservations : 0

Bibliogr. Index

Résumé "Longtemps occulté, le drame du 17 octobre 1961 revient ici sur le devant de la scène. Les faits : de septembre à décembre 1961, la police parisienne se livra à une répression sans merci contre les Algériens résidant dans la capitale et sa banlieue. La tragédie culmina dans la nuit du 17 au 18 octobre, quand le FLN mobilisa l'ensemble de ses troupes, pour défiler pacifiquement dans Paris. La police de Papon tira sur les manifestants désarmés, avant de jeter des corps dans la Seine. Jim House et Neil MacMaster, enseignants britanniques, montrent combien il s'avère difficile de prendre la mesure de ce massacre. Pendant trois décennies, cette nuit sanglante demeura dans l'oubli. Aujourd'hui encore, cette amnésie du 17 octobre participe des non-dits qui s'attachent aux conflits coloniaux. Un reproche : les auteurs ne se penchent pas sur le devenir des responsables du drame." article dans Les Lettres françaises du 3 mai 2008
"Paris, 17 octobre 1961 : alors que le soir enveloppe peu à peu les badauds, des dizaines de milliers d'Algériens, marchant en rangs serrés, jaillissent de l'obscurité.
Venus protester pacifiquement contre la répression policière, ils appréhendent la rencontre avec les forces antiémeutes. Ils sont loin d'imaginer l'extrême brutalité des attaques meurtrières qui vont suivre. Le massacre du 17 octobre 1961 est l'un des événements les plus contestés de l'histoire contemporaine française. D'abord étouffée, sa mémoire fut longtemps entretenue par une minorité d'immigrés et de militants, avant de revenir au premier plan, de façon dramatique, dans les années 1980.
Les historiens britanniques Jim House et Neil MacMaster se livrent à une enquête serrée, scrutant l'ensemble des éléments disponibles : archives inédites, sources orales, journaux, tracts... Ils déjouent les pièges à la fois du militantisme et de l'histoire officielle, qu'il s'agisse de l'impossible comptabilité des morts ou des accusations mutuelles de fascisme et de terrorisme échangées entre les autorités françaises et le FLN.
Le 17 octobre pose d'autres questions, plus graves. Car il n'eut rien d'une explosion de violence incontrôlée ou d'une succession de " bavures ". Ce jour-là, c'est la terreur d'État, coloniale et raciste, qui surgit, nue et brutale, au coeur du pays des droits de l'homme. Les techniques de la contre-insurrection, importées d'Afrique du Nord et mises en oeuvre par le préfet Papon décidé à briser le mouvement nationaliste algérien, aboutirent à une vague d'exactions, de tortures et de meurtres sans précédent, dont le 17 octobre fut le couronnement sanglant.
L'histoire et la mémoire de cet épisode sont au coeur du rapport trouble qu'entretinrent - et qu'entretiennent encore - la France et ses colonies." - (présentation de l'éditeur)

Tout public

Centre de ressources Abdelmalek Sayad - Établissement public du Palais de la Porte Dorée - Musée national de l'histoire de l'immigration
293 avenue Daumesnil 75012 Paris - Tél : 01 53 59 15 92 - mediatheque.sayad[at]palais-portedoree.fr